AMP : ACCELERATED MOBILE PAGES

Mercredi 19 Octobre 2016 par Clément CAVAROC

Depuis quelques années, les technologies web permettent de réaliser des sites de plus en plus avancés en matière de design, d'expérience utilisateur ou de compatibilité entre terminaux. Pour cela, un grand nombre d'éléments additionnels doivent être chargés. Il n'est pas rare de naviguer sur des sites alourdis par beaucoup de publicités, d'animations, ou beaucoup de contenu sur une même page (scroll infini par exemple). Si la navigation sur ordinateur reste convenable, cela peut parfois se compliquer sur mobile si le terminal n'est pas de toute dernière génération. C'est pour cela que les applications mobiles sont beaucoup plus efficaces : contrairement aux sites, l'application est installée sur le terminal, et seul le contenu est chargé depuis le web. Cela est donc beaucoup moins lourd et plus rapide.

Il s’avère que plus de 50% des utilisateurs abandonnent la visite si le chargement de la page dure plus de 3 secondes. Or, en 3G, le chargement moyen d’une page prend 19 secondes. Alors qu’on assiste depuis quelques années à l’accroissement de la navigation sur mobile, dans le même temps, les pages ont tendance à s'alourdir.

Depuis quelques mois Google travaille sur le projet AMP, Accelerated Mobile Pages, qui vise à accélérer le chargement des pages consultées depuis un mobile. Annoncé il y a tout juste 1 an, ce projet permet donc d’optimiser les pages en travaillant sur les points qui causent les lenteurs. Ainsi, le chargement en devient quasi-instantané.

Il y a quelques jours, Google a déployé AMP, jusque là limité aux actualités et aux sites de médias. Ainsi, on peut commencer à voir d’autres types de sites apparaître avec le logo sous forme d’éclair, dans les résultats du moteur de recherche.

Fonctionnement de la technologie AMP.

AMP utilise le langage de structuration “AMP HTML”, lui-même basé sur HTML. Il abandonne toutes les balises qui pourraient ralentir le chargement des pages, telles que les formulaires. De plus, les feuilles de style CSS sont limitées à 50 ko et les fichiers javascript ne sont pas compatibles : seuls les scripts prédéfinis sont utilisables, et regroupés dans la bibliothèque AMP JS. Ainsi, très peu de librairies et composants externes sont chargés et cela permet de rendre l’exécution très rapide. Bien-sûr, tous les sites ne peuvent pas se permettre de réaliser des pages de ce type. Pour l’instant, les pages présentant un contenu simple (articles de presse par exemple) sont principalement visées. Il faut savoir que les pages AMP développées ne sont pas uniques : elles correspondent à une version “normale”. C’est en parcourant cette dernière que Google va détecter que la version AMP existe et ainsi la proposer à l’internaute quand il navigue depuis un mobile.

Google n’est pas la seule société à avoir développé son système d’accélération des pages. 1 an auparavant, Facebook et Apple avaient aussi déployé des systèmes semblables : Facebook Instant Articles et Apple News. Cependant, les pages doivent être hébergées sur leurs propres serveurs afin d’être optimisées. AMP fonctionne différemment : les pages restent hébergées par l’éditeur de la même manière que le reste du site. Cependant, Google peut les stocker en cache sur ses serveurs afin de les afficher très rapidement lorsqu’elles sont demandées par les internautes.

AMP, ou comment Google réussit à imposer son standard.

AMP connaît quand même des détracteurs. En effet, on peut imaginer que les pages AMP pourront un jour être privilégiées dans les résultats de recherche Google. Si c’était le cas, Google imposerait finalement son système à ses utilisateurs, qui seraient contraints de l’utiliser pour rester bien référencés. De plus, si on souhaite diffuser de la publicité sur sa page, toutes les régies publicitaires ne sont pas compatibles. Même si un assez grand nombre de solutions sont compatibles, là encore, Google a finalement la main sur les services que l’on peut utiliser ou non. Y a t-il un risque que le format AMP s’impose, et qu’une grande majorité du web soit finalement “contrôlée” par Google ? Pour l'instant en tout cas, AMP est un projet libre disponible sur Github. Microsoft commence également à déployer ce format dans ses résultats de recherche.

Les statistiques du mobile Parlez-nous de votre projet